Saint-Barthélemy : vers un traitement autonome des déchets sur l’île

Face aux contraintes insulaires et à l’augmentation du flux des déchets ces dernières années, le site de propreté Ouanalao Environnement à Saint-Barthélemy, exploité par Dalkia Wastenergy, se dote d’une nouvelle ligne de traitement de déchets. 

Saint-Barthélemy

Les déchets au service de l’autonomie énergétique de l’île

Le site de propreté de Saint-Barthélemy, exploité par Ouanalao Environnement, rassemble l’ensemble des activités liées au traitement des déchets de l’île et s’engage aux côtés de la collectivité dans l’objectif d’atteindre l’autonomie énergétique de l’ensemble du territoire.

La valorisation des déchets est une solution optimale pour résoudre cette problématique complexe de la gestion des déchets en milieu insulaire. Ainsi, l’unité de Saint Barthélémy s’est dotée d’une première unité de valorisation énergétique mise en service en 2001. 

Face aux contraintes liées à l’insularité et à l’augmentation des flux de déchets sur l’île due notamment à une hausse de fréquentation de l’île, l’unité s’équipe d’une nouvelle ligne de traitement des déchets. Une opération qui s’inscrit dans le cadre de l’extension du site et qui augmentera sa capacité de traitement de 50% et permettra ainsi à la collectivité de Saint-Barthélemy d’atteindre l’autonomie en matière de traitement des déchets. Initiés mi-avril 2021, les travaux de la nouvelle cellule seront finalisés début 2022.

Produire de l’énergie locale à partir des déchets des habitants de l’île

La construction de la nouvelle ligne de valorisation  de déchets d’ordures ménagères comprend l’installation d’un four oscillant qui permettra à terme d’augmenter de 50% la capacité de fonctionnement du site de propreté, soit un traitement de 20 000 tonnes de déchets par an. 

« L’arrivée de ce second four est une nouvelle étape décisive afin d’atteindre notre objectif d’autonomie énergétique à l’horizon 2022 », poursuit Fred Questel, Directeur de Ouanalao-Environnement

Dans une logique d’économie circulaire, la valorisation énergétique permet de donner une seconde vie à l’ensemble des déchets ménagers et assimilés de l’île : la production d’énergie renouvelable sous forme de vapeur permet alors d’alimenter l’usine de dessalement d’eau de mer voisine. La vapeur générée par la valorisation des déchets permet de limiter la consommation de combustibles fossiles et ainsi de réduire les émissions de CO2. En 2020, un tiers de l’eau potable de l’île (355 577 m³) a été produite grâce à cette installation

Depuis 2001, l’unité de valorisation énergétique de Saint-Barthélemy est la 1ère installation des îles caribéennes à contribuer à la production d’eau potable.

Des travaux d’ampleur pour une mise en opération début 2022

Au total, 1 000 tonnes de matériel seront nécessaires aux travaux : ceux-ci seront conduits par une trentaine d’hommes sur une dizaine de mois. 

« Le contexte insulaire et le manque d’espace sur l’île de Saint-Barthélemy rendent la situation très spécifique d’un point de vue logistique. En effet, le matériel doit être transporté au compte-goutte, faute d’espace de stockage », conclut Fred Questel.

L’installation du four oscillant - une technologie conçue, construite et éprouvée par Dalkia Wastenergy depuis 1981 dont le brevet a été étendu à l’Europe en 2019 - s’inscrit dans le cadre de la mise en place de la nouvelle ligne de traitement de déchets sur le site de propreté. Une opération de taille ! En effet, le nouvel équipement a été acheminé par bateau depuis l’Atelier Lemarchand en Normandie : une traversée de plus de 7 300 km pendant un mois.  

© Crédits photos : Agence PWP et Agence FlyCam

La nouvelle ligne de traitement de déchets sera opérationnelle début 2022 et permettra au site de propreté de Saint-Barthélemy d’augmenter sa production énergétique en valorisant plus de déchets localement.